frzh-CNnlendeitjaes
Aujourd'hui4
Hier56
Cette semaine109
Ce mois230
Total126306

Chapitre 184

Un très grand cru que ce 184e chapitre (lavenir.net)

CQFD184L’Yvoirien Pierre Marchand, quant à lui, s’entendit dire du même: «il a une belle maison, Pierre Marchand. On y accède par un bel escalier, Pierre Marchand. Un escalier de plusieurs March-and Pierre. Et, de là, on peut y voir Yvoir et ses carrières. Quel magnifique panorama pour un Yvoirien qui est pourtant si myope au quotidien…»

Un quartenier qui en a entendu, c’est bien l’abbé Dominique Jacquemin, un Dinantais né à Braschaat il y a soixante ans. Président du collège St-Paul à Louvain-la-Neuve, successeur, là, d’un certain André-Mutien Léonard, Marc Navet lui rappela qu’adolescent, il transpirait beaucoup «malgré son gloria in excelsis DEO!» Et aussi: «pourquoi donc les séminaristes ont-ils besoin d’une auto, j’étais persuadé que les habits sacer dotaux…» Autre adresse: «vous ne finirez pas par asseoir votre auguste séant sur le trône de St-Pierre au Vatican, même si dans les rouages de l’Église, votre réputation vous rattrape, il faut encore un bon piston pour devenir, au minimum… sous-pape !» Une dernière tirée de trois pages A4 et dans la foulée de la précédente: «il y aura toujours des aigris qui, complètement à l’Ouest, perdent le nord de n’être… point cardinaux et qui, malgré tout, continuent encore à chercher des… crosses aux Evêques pour ne pas avoir été choisis

En soirée, une disnée a rassemblé 530 convives à la Balnéaire, tous ont apprécié les 146 flamiches de la boulangerie Defossé, de Gemechenne, et les 330 flacons de Reine Joly du vigneron, Camus, de Savigny.

Trois pages A4 pour chambrer l’abbé

Comme les sept autres nouveaux quarteniers, ces deux personnes ont promis obédience à la flamiche et à Dinant en sirotant un Savigny 1er cru 1990 de la Cousinerie de Bourgogne. Au commissaire-divisionnaire en retraite Michel Demoulin, ancien dirco de l’arrondissement de Dinant, c’est sur la tactique du gendarme que se termina son accueil par Nicola Lomartire. Au préalable, celui-ci avait souligné qu’il avait devant lui «un homme passionné et d’action». Peut-être faisait-il allusion à l’affaire Dutroux où ce policier joua un rôle. Il ajouta: «mais il sait aussi s’amuser»…

VikingLe chapitre dit d’hiver, 184e depuis la création de la confrérie des quarteniers de la flamiche il y aura bientôt 60 ans, s’est révélé être un très grand cru. Dans les canons servis mais aussi dans les présentations plus qu’humoristiques des 9 nouveaux quarteniers (ou membres d’honneur). La palme reviendra, non seulement au Grand Rhétoriqueur, Marc Navet, toujours prêt à chambrer ses filleuls. Mais, aussi, cette fois, à Nicola Lomartire qui fit du Dinantais Jean-Michel Thioux, un Viking… Ce fut de la haute voltige, à tel point que le public a parfois dû rire sous cape. Rien de bien méchant mais un peu osé quand même. Les quarteniers Gregory Dethy, d’Haversin et l’abbé Dominique Jacquemin en ont fait les frais. Avec le sourire. Détective privé et gérant d’une concession automobile, placée à Rochefort, sous le signe du lion, le Grand Echanson, Godefroy Perot lui a confié: «Méfiez-vous des buveurs d’eau, un homme qui ne boit que de l’eau a des choses à cacher à ses semblables.» Quant à Marc Navet, il a souhaité la bienvenue au Cinacien dans la confrérie et à Dinant célèbre, jadis, pour ses… filatures. Et c’est sur une musique d’un film de James bond que se termina l’accueil.

Les promotions

PromotionAu cours du chapitre, quelques anciens quarteniers se sont vus promus. Au grade de Grand Officier, Patrice Colet, de Waulsort; Blaise Degueldre, d’Yvoir; Xavier Magnette, de Dinant et Jean-Pierre Moiny, d’Anseremme. Au grade de Commandeur: Bernard Defrance, de Lisogne; Pierre Fivet, de Rochefort; Jean-Philippe Geudvert, de Dréhance et Gérard Michaux, de Couvin. Au grade de Commandeur major: Jean-Marie Leboutte, d’Anseremme.

 

Sourions encore un peu...

Ajoutons encore quelques belles sorties littéraires.

Du bourgmestre, Axel Tixhon, au député cinacien Frederik Botin, à l’issue du serment de celui-ci de rester fidèle à Dinant: «Crie-le bien fort.» Ajoutant: «attention, les derniers députés MR qui sont venus à la confrérie sont devenus ministres…» De Marc Navet encore à l’abbé Jacquemin: «Notre Savigny surclasse les meilleurs vins de messe.» Ou encore: «Je sais que vous êtes gourmand et ne protestez pas car vraiment ce ne serait pas catholique de la manger, en protestant, cette flamiche.» De Godefroy Perot au commissaire Demoulin: «Comme le disait Bacchus, dieu du vin, la vérité ne sort ni de l’or ni de l’eau, mais bien, pardi, du tonneau…» Au conseiller communal, Olivier Tabareux: «Quand il entend le mot bouchon, le pessimiste pense aussitôt aux autoroutes. L’optimiste, lui, à une bouteille de Savigny. Mais la vie n’est pas un conte de fées. Si, à minuit, tu perds une chaussure, c’est que, manifestement, tu as trop bu (M. Motte)