frzh-CNnlendeitjaes
Aujourd'hui7
Hier53
Cette semaine7
Ce mois1525
Total169154

167° Chapitre

Neuf quarteniers d’honneur et treize promotions, tel est le bilan du 167e chapitre de la confrérie royale des quarteniers de la flamiche.(LAVENIR.NET)

Chapitre 167L’odeur de la flamiche chatouillait encore bien les narines, ce week-end à Dinant. Le début du mois de septembre est celui du chapitre dit du tournoi de la confrérie royale des quarteniers de la flamiche dinantaise (CQFD) et celui du tournoi ou du plus grand mangeur de flamiche. Rappelons ce qu’est cette fameuse flamiche: en résumé, une tarte au fromage mais pas une tarte comme les autres. Les ingrédients de sa recette: 500 g de pâte de pain améliorée, 250 g de beurre, 500 g de boulette (de Romedenne, de préférence), 13 ou 15 œufs, poivre et sel. Rien que cela.

Flamiche et Savigny

La confrérie défend à la fois Dinant et sa flamiche qu’en théorie, on ne déguste que début septembre et le Vendredi Saint. Mais qu’en pratique, on déguste quand on veut, il suffit d’en commander chez le boulanger. Mais surtout aussi, lors des disnées d’après chapitre, quatre fois par an. Arrosée du meilleur vin de Savigny. Cette année, les 440 convives ont dégusté, avec les 126 flamiches, 258 flacons de Savigny aux Grands Liards 2009 de la maison Giboulot, une très bonne adresse. Au chapitre, les neuf nouveaux quarteniers d’honneur et les 13 nouveaux promus ont dégusté du Savigny 1988 de la Réserve de la Cousinerie de Bourgogne jumelée avec la confrérie dinantaise.

Je jure fidélité…

À l’hôtel de ville, en présence du Grand Bailli du Roy, le bourgmestre Richard Fournaux neuf nouveaux quarteniers ont donc juré fidélité à la flamiche et à Dinant, au cours du 167e chapitre, placé sous le signe de l’allégresse, que tenait la confrérie rouge et vert et que présidait le grand maître Jean-Claude Warnant. On y a aussi salué le retour avec plaisir de M. Navet père.

Parmi ces quarteniers, le professeur Christian Châtelain, chef du service hématologie aux cliniques universitaires de Mont-Godinne et épicurien à ses heures. Celui qui va remplacer le professeur Arsène Burny au sein du Télévie aime la flamiche, il l’a montré à plusieurs reprises et quand cette flamiche est servie pour le Télévie, c’est encore mieux. Avec lui sont entrés dans la grande famille des quarteniers, Pierre-Hugues Cambier, de Falaen, Philippe Lamour, de Dinant, Vincent Lehon, de Hour, qui s’est fait un peu chambrer par le grand rhétoriqueur, M. Navet, fils celui-ci. Deux moments comiques: quand le parrain a parlé de Ciney au clocher décapsulé (allusion à la bière de Ciney!) et qu’il a lancé: «quand on n’a pas ce qu’on aime, il faut aimer Skoda…» À cela, le grand échanson Godefroy Perot ajoutait: «conduire ou choisir, il faut boire»… Quant à Sébastien Mathot, menuisier et entrepreneur de pompes funèbres, de Celles, M. Perot disait: «ce qui est amusant dans la profession, c’est que les clients s’en vont toujours un ver à l’œil.» Intronisés aussi: Emmanuel Mattard, de Waulsort, Jean-Pierre Moiny, d’Anseremme, Gérald Vandewalle, de Godinne, un juriste et ancien conseiller Écolo à qui Richard Fournaux demanda «si les avocats Écolo sont moins chers», et Stephane Vidouse, de Villers-St-Ghislain. Michel MOTTE